Philippe Katerine : semaine spéciale sur idaRadio.fr

Katerine radio

Philippe Katerine : une semaine surréaliste et poètique

Cette semaine, idaRadio consacre son antenne à Philippe Katerine, le surréaliste vendéen. Il va de vous exiger des bisous et des bananes. Il va interpréter la Reine d’Angleterre, couper le son, faire du vélo sous extasy. Il va faire un film avec une femme due et des handicapés. Il va déclarer son amour à un poulet qu’il dégusta en 1998 accompagné du bouteille de vin rouge. Il va reprendre Ma Benz de NTM, Papayou de Carlos et C’est Lundi de Jesse Garon. Et puis Katerine dira adieu à sa vieille chaine stereo et vous fera danser au son de sa disco intelligente, de ses bossa novas ou du très beau piano voix de son dernier album, Le Film.

Naïf et subtil, faussement faux, si loin si proche des choses de la vie, Philippe Katerine porte sur la France contemporaine un regard dadaïste de punk doux, tel – en son temps – Boris Vian qu’il interprète merveilleusement dans le Gainsbourg (Vie héroïque) de Joann Sfar.

Les temps forts de la semaine

Dès maintenant, vous pouvez visionner le spectacle hallucinant qu’il a donné à l’Olympia le 11 mai dernier et diffusé par Arte Concert et dont sont extraites les photos qui illustrent ce billet.

Toute la semaine, vous entendrez, sur notre antenne, une chanson de Philippe Katerine toutes les 30 minutes.

Philippe Katerine : Emission spéciale

Philippe Katerine - Olympia

Mercredi à 17h, idaRadio vous invite à passer une heure avec cet artiste si singulier. 60 minutes de farces tragiques, de bons et vrais sentiments et de rire intelligent.

En plus de Le Film, son dernier album (2016), vous retrouverez les disques suivants : Philippe Katerine, Magnum52 reprises dans l’espaceMes mauvaises fréquentationsRobots après tout et Les Créatures.

Diaporama Photo du concert de Philippe Katerine à l’Olympia, le 11 mai 2017

Avant de mettre un terme à ce billet, faisons comme Katerine qui chante, en fin de concert, ce très beau poème de Guillaume Appolinaire, mis en musique par Francis Poulenc : Montparnasse.

Ô porte de l’hôtel avec deux plantes vertes
Vertes qui jamais
Ne porteront de fleurs
Où sont mes fruits? Où me planté-je?
Ô porte de l’hôtel un ange est devant toi
Distribuant des prospectus
On n’a jamais si bien défendu la vertu
Donnez-moi pour toujours une chambre à la semaine
Ange barbu vous êtes en réalité
Un poète lyrique d’Allemagne
Qui voulez connaître Paris
Vous connaissez de son pavé
Ces raies sur lesquelles il ne faut pas que l’on marche
Et vous rêvez
D’aller passer votre Dimanche à Garches

Il fait un peu lourd et vos cheveux sont longs
Ô bon petit poète un peu bête et trop blond
Vos yeux ressemblent tant à ces deux grands ballons
Qui s’en vont dans l’air pur
À l’aventure

Concert de Katerine à l’Olympia (video intégrale)

%d blogueurs aiment cette page :