France Inter : la généraliste de Radio France

France Inter est une station de radio publique nationale française du rassemblement de Radio France.

Depuis mai 2014, le chef de France Inter a été Laurence Bloch, qui succède à Philippe Val, qui est entré en poste depuis 2009. La station a félicité sa célébration de cinquantième anniversaire en décembre 2013. Considérée comme la «voix de la France» avant la progression de Les premières inondations Dans les années 1980, il reste la station d’administration ouverte fondamentale.

Il bénéficie d’une portée exceptionnellement étendue dans la bande FM reservée aux antennes de Radio France dans toute la région française et propose en outre ses projets sur Internet. Transmission à ondes longues au moyen de l’émetteur Allouis de plus de 162 kHz terminé le 31 décembre 2016 à minuit.

France Inter : des débuts un peu frappadingues

Les fils de réception du réseau des forces américaines (AFN), un système mondial de télécommunications de l’armée des États-Unis, qui communique ses communiqués depuis 1945, tout compris à partir de un émetteur radio de 10 kW à 699 kHz. À Rueil-Malmaison, télécommunications arrêtées Le 31 décembre 1946 et a échangé l’émetteur à la Société française de radiodiffusion (RDF). La dernière communique le programme le lendemain à 7h30 un autre programme comprenant les projets du Club d’Essai, dont l’émetteur du regret de Grenelle est alors désert et enregistre avec une force de jazz. Ce nouveau programme s’ajoute incidemment au titre du Club d’Essai avant que Wladimir Porché déclare en janvier la dernière production d’un troisième programme de radio, malgré le programme parisien et le programme national qu’il appelle «Paris-Inter». Paris-enterre a été officiellement présenté le 15 février 1947 par Wladimir Porché, Jean Vincent-Bréchignac, qui est devenu son premier chef, Jean Luc et Simon Coppans. Paris-Inter communique un programme fondamentalement mélodique de 6h30 à minuit, comprenant des sessions d’enregistrement, des programmes du Club d’Essai et des projets de stations éloignées. En septembre 1947, un sondage réalisé par le quotidien du Programme de Radio reconnaît la station pour une collecte de 6% de personnes, mais elle communique simplement dans la région de Paris seule.

Paris-Inter communique chaque jour de 12h15 à 15h20 sur ondes courtes 48.39 mètres (6.200 kHz) à partir du 15 décembre 1947 par l’un des émetteurs d’Allouis, ce qui permet à la station de se distinguer à l’étranger, en plus dans des territoires non enveloppés Par ondes moyennes en France, par exemple, régions accidentées. Le reste des stations publiques, qui communique de manière générale ondes 506,7 mètres (592 kHz), a commencé à construire son système d’émetteurs dans la province en lançant sa première récurrence à Limoges le 1er janvier 1949, traînée par six autres autour le même temps. Cette amélioration est rendue possible par le changement du RDF en radiodiffusion française (RTF) par la déclaration du 9 février 1949, dans une fondation ouverte avec un plan de dépenses autosuffisante et qui offre une double demande sur les postes radio. Le programme s’est avéré être vraiment national le 19 octobre 1952, lorsque le puissant émetteur d’Allouis (Cher) a été effacé au milieu du retrait allemand en 1944. Pendant ce temps, en gardant à l’esprit le but final pour empêcher la France de perdre sa récurrence. Grandes joncs de 164 kHz , Celui-ci est utilisé par l’émetteur alsacien de Sélestat avec une énergie de 20 kW pour remettre Paris-Inter en Alsace et dans la vallée du Rhin.

France Inter : la généraliste de Radio France

Le 29 décembre 1957, Paris-Inter progresse vers la France I et communique 24 heures par jour un programme qui profite pour coordonner les données et reflète toutes les parties de la vie quotidienne, alors que le programme parisien se transforme en France II Regional, canal de stimulation et Echo Des stations provinciales. L’un des projets réalisés à l’époque, en 1958 par Henri Kubnick, devait retrouver clairement l’amusement le plus marqué dans la scène radio française sous les noms progressifs de cent mille francs par jour, Le Jeu des 1000 francs et mille Euros. Compte tenu de la désintégration constante des canaux de communication du RTF aux stations de frange et de la réapparition des grèves dans la fondation (voir la grève de 1962), le «Data Alain Peyrefitte» a fait cette année le contact interministériel pour les données, la transmission se relie entre les politiques Le pouvoir et les écrivains du RTF. Les chefs de la RTF, le général exécutif Robert Bordaz et le délégué au chef des stations territoriales Roland Dhordain qui propose le changement chez Peyreffite, ont choisi de répondre en faisant progresser les changements avant l’échéance prévue en 1963, en particulier l’amélioration de Les quatre radio Trois stations: la France I et la France II-Régional se convergent l’une vers l’autre le 20 octobre 1963 pour encadrer RTF Inter, une chaîne de données, de joie et d’exhortation fonctionnelle, qui unit les soutiens de France I et France II et des pièces En deux projets distincts la nuit, Inter Jeunesse communique par telecaster et Inter Variétés sur ondes moyennes. France III-Le développement national pour devenir la RTF Promotion acquérir une expérience pratique dans les projets sociaux. France IV-Haute Fidélité progresse pour devenir RTF Haute Fidélité, possédait une expertise dans la musique établie et contemporaine.

À partir de 1963, Roland Dhordain a tenté de «changer l’Inter de Paris en un récepteur radio pour égaliser les bornes». Le 8 décembre 1963, la station a progressé vers France Inter, après le défi «Baptême RTF 64». Ce défi est propulsé avec les membres du public à l’ouverture de la Maison de la Radio, lancée le 14 décembre. Dhordain a occupé les conséquences du vote de la population générale qui avait choisi France Bleu, France Blanc et France Rouge.

Les glorieuses sixties et l’actualité de France Inter

L’ORTF a réussi le RTF en juin 1964 et les Interservices créés: les itinéraires inter-services, les jeunes inter-services, l’emploi inter-services, le service inter-service rural, l’échange inter-service, les cours inter-services, la mer inter-services …

Le 4 octobre 1965, le programme, le plus important, le Pop Club de José Artur, a été mis en place.

En mai 1968, la grève générale a été adoptée à l’ORTF. Étonnamment, les lieux de travail de l’ORTF ont été libérés de la surveillance de l’État. Ce n’est pas à l’essence du président De Gaulle qui demande à Georges Gorse, ministre de l’Information, « de mettre les fauteurs de troubles dans l’entrée« , et de mettre les émetteurs sous l’assurance de la police et de la force armée. En conséquence, entre l’union Inter France, sort l’opération « Jéricho »: les écrivains, les ouvriers, les collégiens, les animateurs et les membres de l’auditoire se promènent pendant 60 minutes autour de la Maison de la radio. Le 26 juin, le personnel de l’ORTF a continué son travail. Roland Dhordain, qui avait quitté la radio, revient et continue sa position de chef. En août, 54 écrivains de l’ORTF, dont 23 provenant du bureau de l’article radio, ont été rejetés.

Jacques Chancel obtient son premier visiteur le 5 octobre 1968 dans sa Radioscopie, puis communique chaque jour au milieu de la semaine de 17 à 18 heures. En juillet 1969, les premières étapes de l’Homme sur la Lune ont été transmises en direct par Apollo XI pendant 30 heures, car l’aspect principal du programme commun Radio Terre communique à la fois sur France Inter, France Culture et Inter Variétés sur ondes moyennes.

Le spectacle légendaire des années 1980 délivré par Claude Villers en tant que juge directeur, la Cour d’incohérence flagrante ici avec «le défendu» Patrick Dewaere à droite et l’avocat déformé Luis Rego à gauche, le vendredi 17 octobre 1980.

Le 1er janvier 1975, France Inter a enregistré sensiblement l’un des canaux de l’organisation nationale de radio-télécommunications Radio France, en raison de la séparation de l’ORTF, Radio France détenant le nom des stations de radio utilisées par l’ORTF, France Musique, FIP) et faire sur cet événement RFI. À partir des années 1980, France Inter a favorisé les projets de données à ceux du divertissement.

Après 10 ans passés dans des locaux transitoires situés sur la route du Général-Mangin, France Inter réintégrera la Maison de la Radio le 21 mai 2014. Le 25 août 2014, France Inter sera équipé d’une autre couverture sonore pour accompagner la nouvelle Calendrier de programme Parmi les derniers mentionnés, dont la raison d’être existante est de faire passer les audiences de radio en libre cours à un moment donné.

Vers le début d’avril 2015, lors d’une grève à Radio France, la Cour des comptes a distribué un rapport indiquant les états de travail «extrêmement bons» des stations de radio ouvertes concernant le volume de travail, la compensation supplémentaire, la nature, les avantages en débordement. Plus précisément, le rapport réprimande le surintendement des professionnels de France Inter en examen avec d’autres stations de radio.